Blog Franceapprentissage

Là où il y a une volonté, il y a chemin

Pourquoi la nouvelle aide en faveur des TPE qui embauchent des apprentis pourrait-elle n'être qu'un attrappe-nigaud?

Rédigé par Jean-Marie DUSSEIGNEUR - 04 juin 2015 -

Les très petites entreprises (TPE) qui accueillent un apprenti de moins de 18 ans à compter du 1er juillet 2015 seront exonérées de salaires et de cotisations sociales pour ces emplois, lors de la première année seulement.

Cette mesure annoncée dans la précipitation, d’une durée d’un an, n’assure pas à l’apprenti la sécurisation de son parcours professionnel (2 ou 3 ans). Le parcours de la TPE « formatrice » d’une durée de plusieurs années n’est pas non plus sécurisé.

Si certaines TPE peuvent y voir un effet d’aubaine, la plupart d’entre-elles ne s’engageront pas, car elles ne souhaiteront pas être la cause de l’accroissement de nouveaux décrocheurs suite à un licenciement par manque de ressources l’année suivante.

Manuel Valls promet une stabilisation des aides. Les entreprises ne peuvent donc espérer un accroissement de ces dernières sur les seconde et troisième année d’embauche. Néanmoins, une nouvelle aide de 100 M€ vient d'être débloquée pour financer des contrats aidés...!!!

En effet les aides durant les années suivantes passeront de 4 400 € (368 €/mois) à 2 000 €/an (aides déjà existantes).


Les TPE n’étant pas assurées de la reconduite de la mesure si elles s'engagent sur 2 ou 3 ans, l’accroissement de l'offre de contrats d'apprentissage sera donc faible par rapport aux espoirs qu’elle suscite.


Pour France apprentissage la bonne réforme aurait été d’expérimenter le financement intégral du salaire et des charges d’un apprenti pendant toute la durée de sa formation. Elle aurait ainsi rencontré un franc succès de la part des TPE. En effet ces dernières n’auraient à financer, sur deux ou trois ans, que le temps passé à la transmission des savoirs sans incidence sur leurs charges.
Le nombre d’apprentis concernés sera donc moindre, compte tenu du doublement ou triplement de l’aide pour une enveloppe budgétaire déterminée (300 M€).

Par cette mesure, le gouvernement aurait ainsi assuré la bonne fin de la formation de tous les apprentis concernés. C’est ainsi que la lutte contre le chômage des jeunes serait effectivement une vraie priorité avec une vision à moyen terme à défaut de long terme de l’apprentissage.

Enfin France apprentissage regrette que tous les décrocheurs de moins de 26 ans ne soient pas concernés par cette aide.

 

Là où il  y a une volonté, il y a un chemin.



Les commentaires sont fermés.