Blog Franceapprentissage

Là où il y a une volonté, il y a chemin

Défendons implacablement l’apprentissage pour inverser sa chute continue de 2013 qui se prolonge en ce début d’année – 15%

Rédigé par Jean-Marie DUSSEIGNEUR - 02 avril 2014 -


France apprentissage au risque d’être rangé dans le camp des rétrogrades impénitents, fustige le modèle idéologique suranné fondé sur l’imaginaire de notre gouvernement en matière d’apprentissage qui méritait mieux que d’être logé dans la loi sur la formation professionnelle votée en procédure accélérée en février dernier.

Pourquoi notre ministre du travail se tient-il dans une sorte de nuage au dessus des réalités de nos chefs d’entreprises, apprentis et centres de formation ?

273 091 signatures de contrats d’apprentissage en 2013 comparées à 297 295 en 2102 soit une chute de 24 204 (-8,14%).

Les mois de janvier et février 2014 sont malheureusement aussi catastrophiques que ceux de 2013 avec une baisse cumulée de -15 %, laissant augurer si rien n’est fait une nouvelle glissade en fin d’année.

Monsieur le Ministre, votre réthorique fait plutôt naitre une sourde inquiétude pour l’heure silencieuse et ne pèse plus face à la réalité qui est prioritaire au regard des idées et programmes.

Nos jeunes et entreprises doivent-ils être asservis à la volonté politique ?
NON, car elle entraine des désillusions et une perte de confiance.

Ne serait-il pas judicieux très rapidement de limiter l’expérimentation et la promotion des emplois d’avenir, qui n’offrent que des perspectives de court terme sans réelles formations pour nos jeunes. Elles coûtent par ailleurs, des sommes colossales à la collectivité au détriment du financement et de la relance des formations par l’apprentissage dont la courbe descendante doit être inversée d’urgence avant la fin de l’année.

Monsieur le Ministre, ce n’est pas du populisme que de vous appeler ainsi que tous nos parlementaires à rejeter l’attentisme et la frilosité, à prendre ensemble vos responsabilités, en ayant enfin le courage de réformer l’apprentissage tout en suscitant les initiatives de la société civile même dans des situations embarrassantes, sans se défausser sur la crise.

Manuel Valls le pragmatique, promu il y a quelques jours Premier Ministre, saura-t-il relancer l'apprentissage avec son gouvernement de combat ? 

Là où il y a une volonté, il y a un chemin


#1 mardi 03 juin 2014 @ 12:05 Direct Formation a dit :

En effet l'apprentissage est en constante chute. Quel dommage, une formation si enrichissante et avantageuse pour les stagiaires et ainsi que les employeurs.
C'est tout de même une formation toujours autant prisée et utilisée dans les contrats BAC+3 Bac+5 dans les écoles de commerce.
Les avantages sont nombreux et pourtant trop peu d'entreprises recrutent ce type de contrat...
En effet l'Etat doit revoir cette baisse et améliorer le climat de confiance entre les jeunes et les employeurs.

#2 mardi 22 juillet 2014 @ 15:56 Chef de TPE moins de 10 pers a dit :

Si l'apprentissage est une formation pourquoi le chef d'entreprise doit il consacrer une partie du temps travaillé à former et rémunérer un emploi loin d'être encore productif ?
Donc ce n'est pas du tout un avantage fait aux entreprises, voilà pourquoi nombre de TPE ne prendront pas d'apprentis.....on peut éventuellement dédommager les repas et l'essence mais pas plus, les marges sont beaucoup trop faibles et nous n'avons pas de juristes et DRH pour essayer de décortiquer les textes législatifs de ces pseudo-aides.

Les commentaires sont fermés.